Les pourparlers promettent d’être ardus. « Ça passe ou ça casse », a résumé le président du Conseil européen, Donald Tusk, évoquant des négociations « très difficiles et sensibles » sur la question du Royaume-Uni.