Alain Finkielkraut, n’a pas été agressé dès son arrivée Place de la République, samedi soir, c'est vrai. Mais son éviction par quelques dizaines de personnes «nuit-deboutistes», jeunes communistes sectaires, interroge !